Menu

ARTHROSE: Histoire d’articulation

Qu’est-ce que l’arthrose ?

Dans le corps les articulations jouent un rôle mécanique majeur.

C’est ce qui nous différencie, nous les êtres vivants, des belles constructions, empilement de pierres, ou travail de l’homme.

Quoique l’on fasse de son corps on sollicite les articulations et en fonction de leur localisation, elles travaillent, se fatiguent, s’usent et parfois s‘érodent naturellement avec l’âge. On évoque alors le terme d’arthrose pour qualifier ces signes cliniques. Comment soigner l’arthrose ?

Si on les fait fonctionner trop violemment, trop longtemps, trop subitement, les articulations se manifestent par une douleur allant de aigüe à chronique.

D’où vient l’arthrose ?

La douleur et la gêne proviennent de l’usure du cartilage qui peut être naturelle, c’est le vieillissement articulaire, en particulier au niveau des articulations porteuses (genoux, hanches, chevilles) ou prématurée (suite à un traumatisme, au surpoids, à un travail excessif, à l’exercice d’un sport ciblé, consécutive à un traumatisme).

Ce phénomène naturel d’usure peut arriver prématurément chez les sportifs et les personnes ayant un travail manuel lourd, contraignant et répétitif. Comment combiner sport et articulation ?

Le surpoids est également un facteur d’usure précoce articulaire.

Les articulations sont soumises en permanence à une charge pondérale des plus contraignantes. Les fractures et les traumatismes sont aussi très souvent à l’origine d’une dégradation prématurée du cartilage. Pour comprendre ce phénomène d’usure naturel ou prématuré (surpoids, traumatismes, travail laborieux), il faut comprendre le rôle essentiel du cartilage.

L’articulation fait la jonction entre les extrémités osseuses entre elles. Elle donne de la mobilité aux différentes parties du corps.

Les articulations porteuses (hanches, genoux) ; ainsi que les multiples articulations qui nous permettent d’accomplir différentes activités (dos, coudes, mains) sont sollicitées en permanence tout au long de notre vie. C’est pourquoi nous parlons bien souvent de l’arthrose lombaire, arthrose de la hanche, arthrose du pied, arthrose des doigts, arthrose du genou, arthrose cervicale, etc…

Elles subissent de nombreuses pressions atténuées par un tissu protecteur aux extrémités des os.

Ce tissu forme un coussin élastique à la capacité primordiale d’absorber tous les chocs dus aux mouvements et aux différentes activités corporelles.

La perte progressive ou prématurée de la qualité de ces coussins protecteurs (provoqué par la diminution du liquide lubrifiant) qui permettent aux articulations de coulisser durant les mouvements, est à l’origine de la plupart des problèmes articulaires. Comment soulager l’arthrose ?

Comment soigner l’arthrose ?

Les règles hygiéno-diététiques s’imposent en fonction de l’origine de la gêne quand c’est possible, diagnostiquée par un professionnel de santé : perte de poids, remise en mouvement du corps en douceur, alimentation équilibrée et variée, …et compléter son alimentation saine par un apport d’ingrédients bienfaiteurs pour les articulations, que l’on ne trouve pas communément au marché.

En particulier: 

♣ Une classe de principes actifs ont fait l’objet de travaux cliniques importants, soulignant leur activité comme anti-arthrosique (1)(2)(3)(4). On les appelle les AASAL (Anti-Arthrosiques Symptomatiques d’Action Lente).

Ce sont les principes actifs suivants: glucosamine sulfate, chondroïtine sulfate, les insaponifiables d’avocat ou de soja, et la diacerhéine.

Les actions évoquées dans la bibliographie sont pour :

  • la glucosamine: reconstruction du cartilage endommagé (1) et diminution de l’évolution du processus de vieillissement articulaire
  • la chondroïtine: amélioration de la souplesse des articulations (5)

♣ Les plantes sont un réservoir naturel pour préserver et réparer les articulations.

Ce sont : la Griffe du diable (effet anti-inflammatoire pressenti), l’Ortie, la Boswellia, la Prêle, le Pissenlit…mais de rares études cliniques ont été menées pour en identifier les exacts effets thérapeutiques, alors même que la Pharmacopée et l’usage ancestral, parfois Ayurvédique les ont rapportés par tradition orale ou écrite.

♣ D’autres actifs ont été remarqués par les scientifiques comme autant d’élément de synergie pour améliorer l’état des articulations : MSM, l’acide hyaluronique, la collagène de type II,…

 

Bibliographie :

1-Reginster JY, Deroisy R, Rovati LC, Lee RL, Lejeune E, Bruyere O. Long-term effects of glucosamine sulfate on osteoarthritis progression :a randomised, placebo-controlled clinical trial. Lancet 2001 Jan 27; 357:251-6
2-Pavelka K, Gatterova J, Olejarova M, Machacek S, Giavocelli G, Rovati LC . Glucosamine sulfate use and delay of progression of knee osteoarthritis: a 3-year, randomized, placebo-controlled, double blind study. Arch.Intern.Med.2002 Oct 14; 162 (18):2113-23.
3-Jordan KM, Arden NK, Doherty M, Bannwarth B, Bijlsma JW, Dieppe P. Eular Recommandations 2003:an evidence based approach to the management of knee osteoarthritis: Report of  a Task Force to the standing Committee for International Clinical Studies Including Therapeutic Trials (ESCISIT). Ann.Rheum.Dis. 2003;62/1145-55
4-Zhang W,Doherty M, Arden N, Bannwarth B, Bijlsma JW, Gunther KP.Eular evidence based recommendations for the management of hip osteoarthritis: report of a task force of the Eular Standing Committee for International Clinical Studies Including Therapeutic Trials (ESCISIT). Ann.Rheum.Dis. 2005;64:669-81
5- Uebelhart D: Intermittent treatment of knee osteoarthitis with oral chondroitin sulfate: a one year randomized double blind, multicenter study versus placebo.  Osteoarthritis Cartilage.2004.Apr..12(4)269-75