Menu

Quoi de neuf dans l’arthrose, revue de presse.

Lu dans la presse grand-public, et sur divers sites.
Ici vous trouverez des résumés d’articles parus tout récemment et retranscrits en résumé ou intégralement quand c’est possible.

Bonne lecture à tous.

Bien sincèrement vôtre.

∇  Du nouveau dans l’arthrose en 2018:

Une nouvelle étude internationale publiée dans Osteoarthritis and Cartilage, met en évidence des conclusions étonnantes  qui vont à l’inverse des idées reçues depuis des décennies maintenant, sur l’apport de l’activité physique dans la prise en charge de l’arthrose:

  • la remise en mouvement est contributive dans le cas d’arthrose des hanches
  • dans le cas d’arthrose des genoux, en revanche, l’activité physique renforcée ( plus de 1.000 pas/ jour) serait amplificateur du processus d’usure des cartilages.

 

 

 

∇    Lu dans la presse spécialisée en rhumatologie en Septembre 2016, par vos médecins:

  • dans la revue APA

« Malgré l’arthrose du genou : marcher beaucoup peut prévenir les limitations »

  • dans la revue APA

« Les symptômes d’arthrose du genou se ressentent pour la première fois en prenant les escaliers »

        => parlez-en à votre médecin.
∇  Lu dans la presse grand-public dans la revue Notre Temps Octobre 2016 N°562, un article assez complet sur la prise en charge de l’arthrose: rien de bien nouveau malgré l’accroche. la prise ne charge multi-approche semble donner certains résultats.  La conjugaison de bienfaiteurs des articulations fonctionne mieux qu’avec un seul acteur, quel qu’il soit (produit, actes, kinésithérapie, crème, AINS, cure thermale…).

 

∇    Texte issu de la revue électronique du Vidal , et basé sur le Vidal Recos, 6ème édition:
Coxarthrose et Gonarthrose

Mise à jour du 21/07/2016
La maladie
L’arthrose est une affection articulaire chronique caractérisée par une dégradation du cartilage associée à des remaniements de l’os sous-chondral et des phénomènes limités d’inflammation synoviale. Elle peut entraîner une douleur, typiquement mécanique, un enraidissement articulaire et un handicap fonctionnel.

Physiopathologie
Elle fait intervenir des phénomènes constitutionnels (âge, sexe, obésité, hérédité), des facteurs mécaniques locaux (déformations, séquelles traumatiques, dysplasie de hanche, méniscectomie, etc.) et des altérations biochimiques du cartilage, de la s
ynoviale et du liquide articulaire.
Epidémiologie
La gonarthrose est, après l’arthrose digitale, la localisation périphérique la plus fréquente. Parmi les sujets de plus de 65 ans, 30 % ont des signes radiologiques de gonarthrose, symptomatique dans la moitié des cas.
Complications
Très variable selon les individus, l’évolution est habituellement lente, des phases symptomatiques alternant avec des périodes de rémission, plus ou moins prolongées. Elle est parfois émaillée de complications (poussée congestive, rupture d’un kyste poplité). À terme, l’arthrose peut devenir invalidante avec une quasi-disparition de l’interligne, justifiant la pose d’une prothèse. Il existe néanmoins des formes destructrices rapides (« chondrolyse rapide »).